How to become a swordsmith apprentice in Japan

The number of individuals who wish to become a heir in the tradition of Japanese swordsmithing by undertaking traditional apprenticeship in Japan has grown considerably. This is probably due to the internationalization of communications, giving a feeling that the very remote and peculiar culture of the Japanese sword is now more accessible, and it probably is.

There is neither secret entrance nor elitist criteria to become a swordsmith apprentice in Japan. However, information on the subject is scarce indeed, and cultural and linguistic obstacles have cooled more than one. It is probably for such reasons that so few foreigners have tried their hands at it. There is the legend of a Westerner who would have set up his own forge by the end of the 19th century but not much is known about him. Then there’s the better known Keith Austin — apprentice to the late « Living National Treasure » Miyairi Yukihira, actually at the same time than Kawachi Kunihira, Kiyota’s master — but he unfortunately passed away in 1997. Many more seem to have come and gone over a few years or even a few months stay, some practicing the craft to some extent in their home country, some others turning to entirely different fields.

There are, at the beginning of the 21st century, about 250 swordsmiths at work in Japan. No doubt each of them has his own opinion on what swordsmithing and its learning should be, his own habits and personality, and to a certain extent his own culture. The approach explained here relates to the author’s personal experience, his own understanding of the culture and customs, and also to his beliefs. There are certainly other ways that lead to a similar result, but probably not identical.


A classical apprenticeship implies for the apprentice to reside at his master’s. He lives among the family and help with daily chores. During apprenticeship, one obviously learns techniques, but mostly it is to learn to recognize quality and the conditions that allow it. Even with decades of practice, an isolated smith would not be able to make a fine Japanese sword simply because he wouldn’t know what it is. To live by one’s master allows to soak in his standards (which justifies the importance of choosing the best craftsman in a given field) and thus make them one’s own.

At the beginning of the 21st century, financial, social, and cultural considerations are at the root of the diversity in craftsmanship and related apprenticeship formats. Some were remunerated during the late 1980’s economic bubble, while many demand that a pension be paid. Some apprentices live by themselves and get to their master’s each day. There are no norms anymore, but for the expected quality.


There are no academic institutions where Japanese swordsmithing can be learned. To forge blades longer than 15cm in Japan, one must be licensed by the Ministry of Education. To obtain this license, one must go through apprenticeship under a licensed smith for at least 4 years, after which period one might be allowed to take the yearly test for new smiths. The test involves the making of one sword, from raw material to basic polishing and lasts about a week. Most apprenticeships last for about 5 years.

The decisive factor, thus, is to be accepted by a licensed smith as his apprentice.
Here’s how…

The master and the apprentice

The relationship between master and apprentice is personal, and for life. It is not that of a teacher and his student, for the master isn’t expected to teach anything. It is rather expected of the apprentice that he assimilates as much knowledge as possible while he shares his master’s life. It is not a superior and his subordinate either, as there is neither remuneration nor contract. There is no exchange: the relationship is authoritarian and one-way, from master to apprentice. It is not a partnership! It shall be the apprentice’s duty to pass down his knowledge to the next generation.

Upon entering apprenticeship, Kawachi tells the freshman that, if the master looks at a black crow and says the crow’s head is white, the apprentice’s only response should be « yes sir! ». In other words, it is by default that what the apprentices think is wrong, and what the master thinks is right, even if the truth is different, or even when apprentices and master think alike.

The master is a craftsman at work. The apprentice is the person who comes to his side, and who watches, mostly, and assists, depending on his abilities. Kiyota often says that the apprentice’s only real task is to be scolded.

It is interesting to note that master and apprentice, like any other denomination, have their worth only within a given relationship. In other words, the master is not a Master, but his apprentice’s master. Thus, the master is himself apprentice in front of his own master. There is no absolute denomination! There is no such thing as a Master. Beware those who pretend otherwise.


Conditions

To be accepted as an apprentice in a given traditional Japanese craft, considerations of race, nationality, social status, money, experience, abilities, talents, academic background, language, one’s curriculum vitae, and in most cases gender have no importance (certain crafts are still reserved for a given gender, although this is changing rapidly).

What, then, is necessary?

What follows could easily constitute an exhaustive list of the required criteria:
– Be liked by the master
Not by consciously charming him, but rather simply with one’s nature, just as strangers who like or dislike each other at first sight; the apprentice-to-be does not have much control over this.
– Patience
– Honesty
– Modesty
– Silence
– Devotion and sustained effort
– Open mindness and flexibility
(mostly related to unavoidable cultural tensions)

That’s it. If only one was to be isolated, it would be patience. A key element of all Japanese successes and of the Japanese culture in general. Patience as no Westerner can conceive it. In fact, even for the young Japanese, patience is developed along their education. In Japanese this is expressed as « gaman ». This word has no direct equivalent in English, but could explained through the words endurance, restraint, patience and tolerance.

Although the conditions are enumerated above, the method isn’t yet provided!
Read on…

Japanese swordsmiths are just human beings. Although their specific culture is unique, they have the same longings, fears and joys as do most human beings on this planet.

What is important to understand is that high-level craftsmen in Japan actually feel it is a big responsibility to pass down the tradition for future generations. They cannot let it be perpetuated by luke-warm souls who would let fall the very standards of their trade. Accepting an apprentice is a responsibility both in the face of the tradition and that of the individual thinking to make this life choice.

No matter how much you are convinced that you want to be a swordsmith or any other craftsman in a serious tradition, just keep in mind that desires, just like fears, are no less valuable or important than fog. They come and go, no matter their intensity, and living by them implies a life of slavery to the mind. Just think about what was the focus of your « lifetime desire » a year ago… !

No matter how much you are convinced that you are willing to make the necessary sacrifices, you have no way of knowing what those sacrifices are. The only way of knowing is experience, and experience cannot be imagined or read about.

Japanese people are generally very aware of that. Therefore, it really doesn’t matter to them how much you are willing or strongly wishing to do this or that, because they know that this also shall pass.

What’s important is your very personality. Are you honest? Because a dishonest person — at every level of the expression — cannot possibly do good work. Are you patient? Because patience will be necessary for you to keep going when the fog of your enthusiasm will clear, leaving only sweat, bodily pains and boredom as companions on your journey. Are you inspired? Because a dull mind cannot make bright work. Are you a quick, intuitive learner? It’s not because one is taught that one learns. Are you ready to sacrifice? It doesn’t matter whether you think you are or not, the question is « are you? ».

It is very difficult to prepare oneself for this kind of assessment. It’s a matter of existence, of way of living and thinking. I know that my entire life up to recent years has prepared me to be accepted as an apprentice, but I wasn’t consciously preparing for anything but trying to materialize my ideal vision of myself.


But there are tricks that can help you avoid cultural mishaps and feel the way for yourself.

Patience. « All comes to those who wait. » This couldn’t be more useful in this case! What’s five years, ten years, if you’re serious about making a lifetime commitment?

Not hesitating. Hesitation is a demonstration of lack of focus. And lack of focus is a fatal flaw in any practice.

Acting the part. If you already behave as an apprentice (doing your homework without being told or asked, learning the language, customs and manners, keeping your focus straight, no matter what you’re told, always being available and serviceable but not demanding, etc), it will feel natural to accept you.

Taking the time to build relationships. A total stranger cannot become the apprentice of a total stranger. The implications are just too great to make such moves.

…and the list goes on!


As in Rome we do as Romans, the apprentice-to-be’s first duty is to assimilate the customs, to understand the culture (or at least accept it) and local history, and to learn the language. One is not expected to become a fine scholar of all things Japanese, nor a Shakespeare of the local language, but to hope to be served in one’s own language and according to one’s own customs when learning a traditional trade, one must be plainly arrogant.

Luckily, at least in the case of Japan, learning the culture can only elevates the one’s spirit, and assimilating the language is far from impossible. All that counts, as mentioned above, is patience. And patience is never missing in Japan.


So, it all starts with coming to Japan. First and foremost, obviously!
How could you become an apprentice sitting at your keyboard or in a coffee shop in some foreigh country?!

 » For how long ?  »

That is the perfect wrong question! Wasn’t patience mentioned?!
Thus this question shall not be asked.
Indeed, this kind of patience!

Keeping warm and dry, making sure the Way is safe and that all bridges are sound, and then only getting on the move is not how this is done. It is rather about walking towards the goal and, once at the cliff, stepping in the emptiness with faith that the bridge will be under the foot, step after step.

It is by following the Way that It opens up,
not while contemplating it from a safe place…

It is important to understand that the true intention of the apprentice-to-be is more important that his words and actions. He who truly intends to become a swordsmith apprentice in Japan is already engaged, and that shows. He does not wait to be accepted to devote himself entirely. Thus, commitment will show to the master, and the choice will be more easily made.


Step by step

Once settled in Japan, while one is taking care of lodging and feeding oneself and of acquiring the basics of one’s new culture, one may start to get in touch with swordsmiths. Visits and talks are the way to go, without mentioning any apprenticeship, or at least not in the form of a request.

Visa issues are always a challenge. The « Bunka Katsudo » (Cultural Activities) visa is appropriate for the apprentice with a guarantor in Japan and no need to receive remuneration in any sort or way. Someone needing to work might want to look for a working visa, but that generally implies working 25 to 50 hours per week, which does not leave much time for apprenticeship. Otherwise, fall in love with a local and get married!

One will then identify one, maybe two individuals under whom becoming apprentice seem an interesting prospect. One continues to visit the craftsman to build the relationship. The apprentice-to-be must not avoid confronting his dream with reality. In many cases, dreams are to be kept as such, and dreamers shouldn’t shy away from admitting this to themselves. One must not be afraid to change one’s mind before engaging in apprenticeship, because once embarked, any quitting makes the whole adventure a tremendous waste of time and energy both for the master and the apprentice.

At some point, the possibility to become someone’s apprentice will show up naturally during conversation.

What happens at the right time does not need to be forced. If one forces, it means that is it neither the right time nor the right thing to do.

The apprentice-to-be must, however, beware those who would offer an apprenticeship too easily. The best craftsmen are the most reluctant to accept apprentices because they know the way and know that only one out of thousands, if not more, has what it takes. Thus, one should always address the best craftsman in a given field. Personal preferences of taste, personality or attitude shouldn’t prevail on the only thing that really counts: the quality of the work.

Because quality is truth.


Note to the reader:

Those pages were written with the hope to satisfy an actual need. Indeed, many individuals contacted me to obtain the same information. I have therefore decided to make an entire section out of it on this Web site.

This being said, I remain open to helping all those who would be undertaking the adventure. If you did read (several times) these points and if you are settled in Japan or about to do so, it will be my pleasure to give you hints.

You must understand that I am in no position to refer anyone to anyone else. That does not forbid me from offering often useful guidelines.Le nombre d’individus souhaitant devenir forgeron d’arme en suivant un apprentissage traditionnel au Japon a beaucoup augmenté.

Il n’y a ni porte secrète ni critère élitiste pour devenir apprenti-forgeron de sabre au Japon. Toutefois l’information est rare et les barrières culturelle et linguistique en inquiètent plus d’un. C’est probablement pour cette raison que si peu d’étrangers ont mis la main à la pâte. Il y a la légende d’un Américain qui aurait installé sa forge dans l’est du Japon vers la fin du XIXe siècle mais on n’en sait guère à son sujet. Il y a le mieux connu Keith Austin — apprenti du Trésor National Vivant Miyairi Akihira, d’ailleurs en même temps que Kawachi Kunihira, le maître de Kiyota — mais il est malheureusement décédé en 1997. Plusieurs autres auraient tenté leur chance puis abandonné après quelques années, voire quelques mois.

Il y a, à l’aube du XXIe siècle, environ 250 forgerons de sabre japonais actifs. Sans nul doute, chacun a sa propre vision de l’idéal forgeron, ses habitudes et sa personalité bien à lui et dans une certaine mesure sa propre culture. La façon expliquée ici se réfère à l’expérience personnelle de l’auteur, sa compréhension de la culture et des moeurs et aussi à ses convictions. Il y a certainement plusieurs autres voies qui mènent à un résultat similaire, mais certainement pas identique.


Traditionnellement, un apprentissage implique que l’apprenti réside chez son maître. Il vit au sein de la famille et aide aux tâches ménagères. Durant ce temps, on apprend bien sûr des techniques, mais plus important encore on apprend à reconnaitre la qualité et les conditions qui permettent d’y accéder. Même avec des décennies de pratique, un forgeron isolé ne saurait fabriquer de fines lames tout simplement parce qu’il ne connait pas ladite qualité. Vivre auprès du maître permet de tremper dans les standards de celui-ci (ce qui justifie l’importance de choisir le meilleur artisan dans son domaine) et d’en prendre conséquement les couleurs.

Aujourd’hui, des considérations financières, sociales et culturelles font qu’il y a autant de saveurs d’apprentissage qu’il y a de maîtres. Certains ont même été rémunérés durant la bulle économique des années 1980, alors que plusieurs demandent le paiement d’une pension. Certains apprentis vivent seuls et se rendent chez leur maître quotidiennement. Il n’y a plus de norme, sauf pour la qualité espérée du travail.


Il n’existe actuellement aucune institution académique où la forge de sabre japonaise peut être apprise. Pour forger des lames de plus de 15cm au Japon, on doit posséder une licence émise par le Ministère de l’Éducation. Pour obtenir cette licence, on doit suivre un apprentissage auprès d’un détenteur de ladite licence pendant au moins quatre ans, après quoi il est possible de passer l’examen annuel des nouveaux forgerons. L’examen consiste en la fabrication d’un sabre à partir de la matière première jusqu’au polissage de base et dure environ une semaine. La plupart des apprentissages durent au moins cinq ans.

L’élément déterminant est donc d’être accepté auprès d’un forgeron licencié.
Voici comment.

Le maître et l’apprenti

La relation du maître et de l’apprenti est unique en ce qu’elle est personnelle et à vie. Il ne s’agit pas d’un professeur et de son élève car le maître n’est pas tenu d’enseigner quoi que ce soit. C’est plutôt à l’apprenti d’assimiler le plus possible pendant qu’il vit auprès de son maître. Il ne s’agit pas plus d’un patron et de son subordonné étant donné qu’il n’y a ni rémunération ni entente contractuelle. Il n’y a pas d’échanges: la relation est autoritaire et à sens unique. Ce n’est pas un partenariat! Ce sera à l’apprenti de transmettre son bagage de connaissances à la prochaine génération.

Lors de l’entrée en apprentissage, Kawachi dit au nouveau-venu que, si le maître observe un corbeau et affirme que sa tête est blanche, la seule réponse acceptable de la part de l’apprenti est « hai! » (l’équivalent en japonais de «oui m’sieur!»). Il doit être entendu que, par défaut, l’apprenti a tort et son maître a raison, même lorsque la réalité est différente, même lorsque maître et apprenti pensent la même chose. Le nouvel apprenti doit se présenter comme un canvas vierge, comme cette anecdote du maître zen qui remarque au nouveau-venu trop bavare: «Comment puis-je te servir du thé si ta tasse est déjà pleine? »

Cela n’implique de se nier ou s’annihiler, comme souvent on l’interprète dans l’Ouest. Il s’agit plutôt d’une attitude d’ouverture et de respect. On doit évidement accepter que, si l’on souhaite venir étudier auprès d’un artisan, c’est probablement parce qu’on le considère plus compétent que soi.

Le maître est un artisan au travail. L’apprenti est la personne qui vient auprès de lui et qui l’observe, surtout, et qui l’assiste, dans la mesure de sa capacité. Il n’est pas son assistant ni son homme à tout faire. Il est l’apprenti et c’est une nature en soi.

Il est à noter que maître et apprenti, comme n’importe quel autre titre, n’ont lieu d’être qu’à même une relation donnée. En d’autres mots, le maître n’est pas un Maître, mais le maître de son apprenti. Le maître est donc lui-même l’apprenti de son propre maître. Il n’y a pas de dénommination asbolue. Il n’y a pas de Maître. Méfiez-vous de ceux qui prétendent autrement.

Conditions

Pour être accepté comme apprenti dans un corps de métier traditionnel japonais, les considérations de race, de nationalité, de statut social, d’argent, l’expérience, les habiletés, les talents, le bagage académique, la langue, le curriculum vitae et dans la plupart des cas le sexe n’ont aucune importance (certains milieux traditionnels japonais se réservent encore pour un seul sexe, bien que cela change rapidement).

Que faut-il donc?!

Ce qui suit pourrait facilement constituer une liste exhaustive des conditions d’admissibilité (et non d’admission!):
– Plaire au maître
Non pas en lui faisant la cours, mais simplement dans sa nature, comme deux étrangers qui s’apprécient ou se méfient; l’aspirant apprenti n’a pas beaucoup de contrôle sur cet aspect
– La patience
– L’honnêteté
– La modestie
– Le silence
– La dévotion et l’effort soutenu
– L’ouverture d’esprit et la flexibilité
(surtout à cause des tensions culturelles inévitables)

C’est tout. S’il fallait en isoler une seule, ce serait la patience. Élément-clé de tous les succès japonais et de la culture nippone en général. La patience comme nul Occidental ne peut la concevoir. En fait, même pour le jeune Japonais, elle est développée et acquise au cours de son éducation. En japonais, on fait référence au concept « gaman » qui n’a pas d’équivalent direct en français. On pourrait l’expliquer avec des expressions comme endurance, retenue, patience et tolérance.

Bien que sont énumérées ici les conditions principales, il n’y a pas la méthode!
Suivante…

Les forgerons de sabre japonais sont tout d’abord des humains. Bien que leur culture soit particulière, ils entretiennent les mêmes rêves, peurs et joies que la plupart des humains sur cette planète.

Ce qui est important de comprendre au sujet des artisans japonais de haut niveau concerne leur sens de la responsabilité lorsque vient le temps de perpétuer la tradition. Les âmes tièdes qui ne sauraient maintenir les standards de la pratique ne sont pas les bienvenues. Accepter un apprenti implique une responsabilité aux yeux de la tradition et de la personne souhaitant entreprendre la démarche.

Peu importe à quel point vous êtes convaincu de vouloir devenir un forgeron de sabre ou tout autre artisan dans une tradition importante, il faut garder à l’esprit que les désirs, comme les peurs, sont aussi fiables que le brouillard. Ils viennent et passent, peu importe leur intensité et vivre à leurs dépends garantie une existence d’esclavage. Tentez seulement de penser à ce qui était le « rêve de votre vie » il y a un an… !

Les Japonais sont culturellement assez conscients de ça. Ils ne seront donc guère impressionés, peu importe votre volonté ou détermination de faire ci ou ça car ils savent que, ça aussi, passera.

Ce qui importe vraiment est la personalité. Êtes-vous honnête? Parce qu’une personne malhonnête – sous toutes les formes de l’expression – ne saurait faire du bon travail. Êtes-vous patient? Car la patience vous sera nécessaire lorsque le brouillard de votre enthousiasme se dissipera pour laisser place à la sueur, aux douleurs physiques et à l’ennui comme seuls compagnons de parcours. Êtes-vous inspiré? Car un esprit terne ne pourrait accomplir un travail brillant. Êtes-vous rapide et intuitif? Ce n’est pas parce qu’on lui enseigne que l’élève apprend. Êtes-vous prêt à faire des sacrifices? Ça n’a en fait aucune importance si vous pensez que vous l’êtes ou pas, la question est « l’êtes-vous? ».

Il est très difficile de se préparer pour ce genre d’évaluation de sa personne. C’est une question de vie, de façon de vivre et de penser. Je sais maintenant que toute ma vie m’a préparé à être accepté comme apprenti, mais jamais n’ais-je commis une action en ayant conscience de me préparer pour quoi que ce soit, sinon réaliser l’idéal de moi-même.


Il y a pourtant quelques trucs qui peuvent aider à éviter les faux-pas culturels et se faire une idée du chemin à venir.

La patience. « Tout vient à point à qui sait attendre. » Ça ne pourrait être plus utile que dans une telle situation. Qu’est-ce que cinq, dix ans, si on est sérieux à propos de ce choix de vie?

Pas d’hésitation. L’hésitation est la conséquence du manque de concentration. Et le manque de concentration est une faille fatale dans n’importe quelle pratique.

Jouer son rôle. Si vous vous comportez déjà comme l’apprenti (faire vos devoirs sans se le faire dire, apprendre la langue, les coutumes et manières, garder son foyer clair, peu importe ce qu’on vous dit, être toujours disponible et serviable mais pas demandant, etc), il sera tout naturel de vous accepter.

…et la liste s’allonge!


On dit qu’à Rome on fait comme les Romains. Le premier devoir de l’aspirant apprenti est d’assimiler les moeurs, comprendre la culture (ou du moins l’accepter) et l’histoire locale, apprendre la langue. Il ne s’agit pas de devenir un fin intellectuel du japonisme, ni un Molière de la langue locale, mais encore, que d’espérer être servi dans sa propre langue et selon ses propres moeurs pour apprendre un métier traditionnel local, il faut être passablement arrogant.

Heureusement, à tout le moins dans le cas du Japon, apprendre la culture ne fera qu’élever l’âme et assimiler la langue est loin d’être impossible. Tout ce qui compte, tel que mentionné plus haut, c’est la patience. Or, il n’en manque jamais au Japon.


Tout commence donc par venir au Japon. En premier et tout d’abord!
Comment pourriez-vous devenir apprenti au Japon en demeurant devant votre clavier ou dans un café à l’étranger?!

« Pendant combien de temps? »

Voilà la mauvaise question idéale! La patience n’a-t-elle pas été mentionnée?! Donc cette question ne se pose pas.
En effet, il s’agit de ce genre de patience-là!

Il ne s’agit pas de s’assurer que la voie est libre, qu’elle est sécurisée et que tous les ponts sont sûrs, puis de s’engager, mais plutôt de marcher et, lorsqu’arrivé au ravin, de mettre le pied dans le vide en ayant confiance qu’il y aura un pont, pas après pas.

C’est en s’engageant sur elle que la Voie s’ouvre,
pas en la contemplant du fond d’un hâvre de sécurité…

Il faut comprendre que l’intention véritable de l’aspirant apprenti est plus importante que ses actions et ses paroles. Celui qui prétend réellement vouloir devenir forgeron de sabre au Japon est déjà engagé sur la Voie. Il n’attend pas qu’on lui ouvre des portes pour lui-même se dévouer. Ainsi la détermination sera apparente au maître et le choix sera beaucoup plus facile.


Dans l’ordre

Une fois installé au Japon, alors qu’on s’occupe de se loger, se nourrir et acquérir les bases de sa nouvelles culture, on commence à entrer en contact avec des artisans du milieu, on les visite, sans mentionner d’apprentissage, du moins pas sur le ton d’une requête.

Les problèmes de visa sont toujours un défi. Le visa Bunka Katsudō 文化活動(Activités Culturelles) est idéal pour l’apprenti avec une personne garante au Japon et aucun besoin de recevoir de revenus. Quelqu’un ayant besoin de travailler devrait d’abord chercher pour un visa de travail, mais cela implique généralement de 25 à 50 heures de travail par semaine en plus de requérir un diplôme universitaire au départ, ce qui ne laisse pas de temps pour l’apprentissage. Autrement, tomber en amour avec une locale et se marier est une excellente option!

On finit par identifier un, peut-être deux individus dont l’éventualité de devenir l’apprenti n’est pas déplaisante. On continue de visiter l’artisan, on construit une relation. L’aspirant ne doit pas éviter de confronter son rêve à la réalité. Pour plusieurs rêveurs, ils n’osent pas s’avouer qu’ils préfèrent préserver leur projet à l’état de rêve plutôt que d’accoucher dans la réalité. Il ne faut pas avoir peur de changer d’idée au départ, car une fois engagé sur la Voie, tout abandon est une perte de temps et d’énergie incroyable tant pour soi-même que pour le maître.

À un certain moment, la possibilité de devenir apprenti apparaîtra naturellement dans la conversation.

Ce qui se fait au bon moment, se fait sans forcer. Si on doit forcer, c’est que ce n’est ni le bon moment, ni la bonne chose à faire.

L’aspirant doit, malgré tout, se méfier aussi de ceux qui offrent un apprentissage un peu trop facilement. Les artisans ayant les plus hauts standards de qualité sont les plus réticents à accepter des apprentis car ils connaissent le chemin et savent qu’une seule personne sur des milliers, voire plus, n’a la constitution pour y voyager. Ainsi, on devrait toujours s’adresser au meilleur artisan dans son domaine. Les préférences personnelles de goût, de personalité ou d’attitude ne doivent pas prévaloir sur la seule chose qui compte: la qualité du travail.

Car la qualité, c’est la vérité.


Note au lecteur:

Ces pages ont été rédigées afin de répondre à une demande véritable. Plusieurs personnes m’ont en effet contacté pour obtenir la même information. J’ai donc décidé d’en faire une section sur le présent site.

Ceci étant dit, je demeure ouvert à aider tous ceux (et celles?) qui entreprendraient de devenir forgeron au Japon. Si vous avez lu (plusieurs fois) les lignes ci-haut et que vous êtes installé au Japon ou vous apprêtez à le faire, il me fera plaisir de vous guider.

Vous comprendrez que je ne suis évidement pas dans une position pour référer qui que ce soit à qui que ce soit d’autre. Il n’empêche que je peux toujours fournir des lignes guides bien pratiques.

Les commentaires sont fermés.